Retour gratuit  

dans tous nos magasins

Retour possible  

durant 14 jours

Service client :

 lun. - dim., 10h - 22h

Livraison gratuite  

à partir de € 30

#DareToBeDifferent selon Nele Reymen

Selon Nele Reymen, auteure et éternelle passionnée, nous sommes tous, dans nos rêves, des licornes qui chient des cupcakes. Chroniqueuse pour Juttu, elle nous parle cette fois d'un chat et d'une boîte de croquettes.

L'homme me tend une boîte en carton de croquettes pour chat. En traversant l'air, elle émet un petit bruit avant d'atterrir dans mes mains. “Agitez-la un peu”, dit-il, nonchalamment. On voit bien qu'il sait ce qui va se passer. La boîte en main, sans bouger, j'observe les alentours. Mes yeux glissent sur des outils de jardinage, une brouette, trois vélos, et tout ce qui sert à remplir un garage. Rien. Une fois encore, je tente une imitation maladroite : “Psst, pssst”. Ce qu'on imagine être le son des chats. Mais aucun chat en vue. Je secoue donc la boîte. Cela bruisse. D'abord tout doucement, puis plus fort. Jusqu'à ce qu'un petit chat noir émerge de dessous la brouette et se précipite à mes pieds, le plus près possible des croquettes.

 

“Il y en a toujours un qui finit par accourir, quand il y a quelque chose à manger », déclare l'homme, comme s'il devait encore s'en convaincre lui-même. Je fais tomber quelques croquettes par terre et, tandis que le chaton se régale de ce festin, les autres débarquent, abandonnant à leur tout leur cachette. Hésitants, ils s'approchent de moi, puis se précipitent sur la nourriture. A mes pieds, désormais, se trouvent cinq chatons. Tous noirs, de la tête au pied. A poil ras, mais avec une queue duveteuse et une écharpe de fourrure. 

“Choisissez-en donc un, si vous pouvez les départager !”, affirme mon hôte. “Ils sont de toute façon tous pareils.” Je ne lui donne pas raison. Il y en a un qui se distingue clairement. Non par son apparence, mais par ses actes, par son caractère. Le premier chaton a eu le cran de s'avancer en premier, de prendre le risque, de se différencier des autres et de manger tant qu'il y avait à manger. 

 

“Je veux bien celui-ci”, dis-je (“Je veux bien être celui-ci”, me dis-je en secret) en me baissant et en attrapant le petit goinfre noir, scellant son sort à jamais. Il mène désormais la belle vie autour de son panier recouvert d'une peau de mouton, pendue au chauffage dans mon salon. J'ai toujours autant envie d'être à sa place, mais pas pour le panier et la peau de mouton. Ou pas que. Je veux être à sa place parce qu'il a eu le courage et le caractère nécessaires, au bon moment. Parce qu'il a fait ce qu'il fallait faire, tout seul, sans attendre l'approbation des autres. Sans craindre qu'ils le désapprouvent, le jugent étrange ou le laissent tomber.

 

Je suis un peu devenue comme mon chat. Plus vieille et plus grosse, d'abord. Et avec quelques cheveux gris. Mais aussi différente des autres. Certains jours plus que d'autres. Mais, quel que soit le jour, je sais ce qu'il faut faire. Il faut simplement agir. Je vous confie donc avec bonheur ces leçons de vie, reçues de mon chat. Suivez votre chemin. Soyez vous-même. Secouez la boîte, et quelque chose arrivera. Et c'est justement ce qui compte.