basket.timer.attention

basket.timer.time.is.running.out

CÎME, la manière la plus belge de prendre soin de sa peau

Tout a commencé sur une plage, avec un pacte entre deux étudiantes qui se promettent d'un jour créer leur boîte ensemble. Anke et Isabel vous parlent de CÎME, la marque belge et durable de produits de soins de la peau. #DreamBig

Qui sont ?

Isabel Coppens et Anke De Boeck

    

Les fondatrices de la marque de cosmétiques durable CÎME

Ville d'origine : Bruxelles

Âge : 32 ans

Statut : Isabel est célibataire, Anke vit avec Willem et a un fils, Lewis

CV : ont toutes les deux travaillé durant quatre ans comme avocates

Qu'est-ce que ?

CÎME

 

Connu pour : ses magnifiques produits de beauté équitables dont des crèmes pour le visage, un sérum, une crème pour les mains et une lotion nettoyante.

Naissance : 2012

Mission : démontrer qu'un label de produits de beauté peut être à la fois raffiné, de qualité et durable.

Contient :  des super ingrédients népalais comme de l'édelweiss, de l'huile à la rose musquée, du sel de l'Himalaya et de l'huile de noyau d'abricot

Fabriqué au : Népal, France et Belgique

Sent : fruité, frais et naturel, car ne contient pas de parfums synthétiques

Rêves d'étudiantes

Isabel : “Déjà pendant nos études, nous savions que nous n'allions pas travailler comme avocates toute notre vie. Un jour, sur la plage, juste après un examen, nous avons philosophé sur le fait de monter notre propre business. Rien de concret, mais nous avons conclu une sorte de pacte : si un jour nous passions le cap, ce serait ensemble. Notre carrière venait à peine de démarrer que Anke a fait une proposition. Elle venait de faire une randonnée avec son père à travers l'Himalaya. A une telle hauteur, l'air est exceptionnellement pur, mais il y a aussi moins d'oxygène, une lumière vive et beaucoup de vent. Walter, le père de Anke et spécialiste en ingrédients biologiques pour les cosmétiques, s'est dit que les plantes qui arrivaient à survivre là-haut devaient être uniques. Il en a donc emporté quelques-unes avec lui pour les analyser dans son laboratoire. Là, il a pu constater qu'elles contenaient effectivement une dose particulièrement importante de composants actifs, et qu'elles étaient donc idéales pour une gamme de produits de soins de la peau. En tant que fans des produits de beauté, nous nous sommes tout de suite dit que c'était là notre porte de sortie”

Petit doute, grosse envie

Anke: “Au début, on a surtout eu droit à des réactions étonnées du type ‘Donc vous allez faire des crèmes ?’. Ou : ‘Vous allez laisser tomber un boulot bien payé pour un projet aussi risqué?’ Nous faisions notre boulot volontiers, mais sans passion. Cela n'avait pas de sens, au niveau social. Nous voulions améliorer notre bonheur et celui du monde autour de nous. Et il fallait que notre entreprise soit durable. Nous avons aussi eu des doutes, bien sûr. Dans le domaine de la cosmétique, le volume de production minimum est tout de suite très élevé. Nous craignions de devoir au final nous tartiner nos crèmes sur nous-mêmes et sur les membres de notre famille... Mais quand nous avons remis notre démission, nous n'avions pas encore quarante ans, et cela a aidé, car nous n'avions pas encore trop d'obligations."

Isabel: "Notre première gamme consistait en six produits de beauté, dont un sérum, un nettoyant, une crème pour les mains et des crèmes de jour. Aujourd'hui, la gamme comprend dix produits. Chaque produit contient des ingrédients actifs cultivés et traités par des fermiers népalais. Nous voulons que le processus de production soit totalement transparent. Ensuite, un laboratoire français fabrique les produits finis avec les huiles essentielles, les beurres ou les extraits. Walter joue bien entendu un rôle important. Son savoir est gigantesque, et, en plus, il parle le népalais. Sur place, il fait donc fonction de coordinateur, auprès des fermiers. Il a été notre premier employé.”

 

Une belle histoire

Anke: “Selon nous, les gens recherchent avant tout de bons produits. Après, s'ils peuvent choisir, nous espérons bien les convaincre de préférer nos articles. Nous soutenons directement les fermiers népalais ainsi que le projet scolaire Little Doctors, de l'ong Nepal Trust, surtout active dans la région très pauvre et isolée de Humla. Des enfants de onze et douze ans reçoivent des leçons sur l'hygiène, la nutrition et les premiers secours. S'ils réussissent le test, ils obtiennent une petite blouse blanche de docteur et un kit de premiers secours et ils sont encouragés à partager leurs connaissances avec le reste de leur village."

Isabel: "CÎME se porte bien : nous avons 120 points de vente dans notre pays, 150 en France et sommes désormais aussi en vente dans les pays scandinaves et même en Australie et à Hongkong. Oui, nous voyons les choses en grand ! Aujourd'hui, nous employons quelques 60 fermiers, au Népal. Notre ambition est de décupler ce nombre. On entend souvent que gérer une entreprise de manière durable n'est pas rentable. Nous sommes la preuve du contraire."

5 questions flash pour Isabel & Anke

 

1. Votre devise dans la vie?

“Prenez des risques quand vous êtes jeune pour avoir des histoires à raconter quand vous êtes vieux.”

 

2. Votre produit CÎME favori?

“L'Huile by CÎME. Une huile sèche multi-usage, idéale comme huile pour le corps, masque pour les cheveux ou huile pour le bain. Et grâce à l'extrait de carotte, la peau garde toute l'année une petite aura estivale.”

3. Le plus beau des compliments?

“Nous recevons énormément d'emails de clients tout contents de tomber sur les produits CÎME après une longue recherche. Chaque fois qu'un client est content, on fait quelques pas de danse !”

 

4. Le plus chouette aspect de votre job?

“Les voyages au Népal, les soirées chics et les fêtes de lancement, les gens inspirants avec qui nous collaborons, les magazines spécialisés en beauté que l'on doit lire pour notre boulot... Mais le plus chouette, c'est que nous ne souffrons jamais du blues du lundi matin !”  

 

5. La plus importante leçon de vie?

“Reconnaître la peur, mais ne pas la laisser nous bloquer le chemin. Nous ne nous sommes pas précipitées mais, si l'on veut poursuivre un rêve, à un moment donné, il faut sauter.”