Interview avec François Verdet de Bask In The Sun

Parce que la vie est plus belle au soleil, une discussion avec François Verdet.

Qui est ?

François Verdet

 

Âge : 49

Origines : Pays basque, en bord de mer et au pied des Pyrénées

Expérience : ancien journaliste et graphiste

Job : cofondateur et CEO, avec Tito Clemente et Christophe Chabaud, du label indépendant pour hommes, Bask in the Sun   

À propos de

Bask in the Sun

 

Depuis : 2013

C’est quoi : éco fair fashion pour hommes

Signification : se la couler douce au soleil, avoir de la chance et « Bask » fait aussi référence au Pays basque

Créé : au Pays basque (France), produit dans le nord du Portugal

Style : urbain & maritime

Stijl: urban & maritiem

Connu pour : des vêtements qui rappellent subtilement l’océan par des rayures, cordelettes, boutons

« Rester assis à l’intérieur,

très peu pour nous ! Nous devons voir la mer »

LE PETIT COLIBRI

« Comme le petit colibri, je fais ma part, c’est ma devise. C’est une phrase qui vient d’une histoire africaine qui raconte un grand feu dans la savane. Tous les animaux sont pétrifiés, sauf un : le colibri. Ce tout petit oiseau puise de l’eau de la rivière avec son petit bec et tente d’éteindre le feu. Il est évident que tout seul il ne va pas y arriver. Mais si chaque animal fait sa part, ils peuvent réussir. Et c’est en quoi je crois : si chacun contribue à faire attention à l’environnement, nous pouvons sauver notre nature. Je suis activement engagé dans une organisation qui protège les océans et si on parle de « éco fair fashion » quand on parle de Bask in the Sun ce n’est pas par hasard. »

SUN-DAY !

« Nous travaillons très souvent les pieds dans l’eau. Nous n’avons pas de bureau, car nous n’en avons pas les moyens. Alors nous travaillons dans un café avec vue sur la mer. C’est génial ! Le nom « Bask in the Sun » fait référence à nos origines : le beau Pays basque. Mais il évoque aussi une expression, un style de vie. Bask in the Sun veut dire se la couler douce au soleil, mais aussi : avoir de la chance dans la vie. Et nous en avons de la chance : c’est un luxe de pouvoir regarder l’océan chaque jour et de se promener sur la plage ou en montagne. En même temps, nous sommes conscients des changements de climat qui menacent cette belle nature. Nous savons très bien que nous travaillons pour une industrie qui contribue aux pollutions environnementales. C’est pour cela que nous travaillons avec du coton bio (label GOTS) et que nous teignons nos tissus dans un atelier écologique. Nous n’utilisons pas de produits chimiques, nous créons au Pays basque et nous produisons à 800 kilomètres de chez nous, au nord du Portugal. De cette façon on diminue nos émissions de CO2. Et quoi de plus normal que de respecter les droits de l’homme au travail. Ça signifie : des salaires honnêtes, un environnement de travail sûr et approprié. Il y a toujours une marge d’amélioration, mais, comme le petit colibri, nous y travaillons. »  

AH, LA MER…

« C’est Tito qui a créé Bask in the Sun en 2013. Son parcours atypique a été déterminant pour l’identité de la marque. Il vient d’une famille qui travaille les tissus basques depuis trois générations et en plus, il a acquis de l’expérience chez des créateurs comme Issey Miyake et Kenzo Takada. Ça explique sa quête de grande qualité et les influences japonaises dans ses designs. Au départ, nous avons voulu donner des t-shirts blancs aux artistes, comme des feuilles blanches, mais entre-temps, Bask in the Sun a grandi et est devenu une marque à part entière de vêtements pour homme. Le fait d’être loin de Paris et d’autres grandes villes nous permet d’avoir des idées fraîches. Nous ne souhaitons pas suivre des tendances volatiles, mais plutôt nous inspirer de la nature, de l’océan et la vie tranquille qui va avec. Nos vêtements sont confortables et se portent à la plage comme à la ville. Comment nous voyons l’avenir ? Conquérir le reste de l’Europe bien sûr ! Mais d’abord, on va surfer. Les vagues sont parfaites et il y a du soleil. »

6 QUESTIONS RAPIDES

 

1. Fais un choix : tendance ou intemporel ?

« Intemporel. La fast fashion, ce n’est pas notre truc. Chez Bask in the Sun nous fabriquons des vêtements bien coupés, détaillés et de qualité et le consommateur s’y attache. »  

 

2. Admirer ?

 

« Des marques, qui comme nous, n’ont pas peur de suivre leur propre chemin, indépendamment de la mode du moment. »

 

3. Le plus beau compliment ?

« Quand Colette, le concepstore légendaire à Paris, a fermé ses portes après vingt ans, le magasin a choisi Bask in the Sun pour le dernier étalage. Nos vêtements y étaient vendus depuis nos débuts. »

 

4. Pièce préférée de la collection SS 19 ?

« Sans hésiter : la veste YOKO. Je la porte depuis un an maintenant et je l’adore toujours. Elle s’associe avec tout et elle est confortable. »

 

5. Que doivent avoir les hommes dans leurs placards ce printemps ?

« Des t-shirts, des pulls ou des polos en tissu-éponge biologique. Terriblement confortable et bon pour l’environnement. »

 

6. Que pensez-vous de notre thème #isaytakemeout ?

« Là où on habite, il est difficile de rester enfermé. Je me promène ou je vais surfer si je ne trouve pas d’inspiration. L’ambiance de l’extérieur se retrouve aussi dans nos créations. »